Bienvenue spectacles formations ateliers éditions haïkus bols et feu chemins archives
                         
                         
biographie textes
C.V. rencontres  
                         
  CARNET A JOUR (S) n°4 2002 - association "à pierre vue"      
                         
  En Chemin                    
Claire landais
 
Randonneur vient de randon, vieux mot français qui signifie : se déplacer avec ardeur et impétuosité. En Anglais, il a donné at random, au hasard. Il y a dans ces termes une urgence de marcher, une impatience d’être ailleurs… peut-être un désir de laisser venir l’aventure qui nous est destinée.

Y aurait-il une égale impatience de l’ailleurs dans notre lien à la poésie ou au conte ? Un égal désir de trouver qui nous sommes ?

Si celui qui marche, dans de nombreuses histoires, va chercher au loin un trésor qu’il découvrira finalement de retour chez lui, l’aventure aura été nécessaire.
Et si en traversant des paysages, des pluies, des regards, c’est autant de facettes de lui-même qu’il rencontrait ? et si les mots étaient voyages, réelles traversées de nos visages.
Au cœur de celui qui reste, se tient un voyageur immobile, marchant sa vie. Il est le frère du coureur de chemins, partageant son désir de rencontres, de sentiers inconnus, de bout du monde, de paroles poétiques ou conteuses.
 
   

Sur ses chemins, le marcheur a nécessité de balises. Repères pour savoir où il en est, miroir à traverser pour ramener un secret, pont pour unir ses traverses passées et à venir, feu tournant du phare pour prévenir d’un danger, d’un changement de cap à effectuer, source pour reprendre ses forces et rencontrer des fées, lanterne pour éclairer les sentiers qui l’attendent…

Nous connaissons ces petits traits rouges et blancs, bleus, jaunes qui aident nos déambulations… Pourrait-on inventer des balises sous forme de poèmes, de contes, de notions naturalistes, d’œuvres plastiques… gravés dans l’argile, la pierre, le bois… Et pourquoi pas des balises mouvantes, uniques, sous forme de rencontres, de paroles, musique, danse… créés par le marcheur lui-même à son intention propre, à l’intention d’autres marcheurs, des voyageurs immobiles que nous sommes tous ?

Mai 2002